Premier bilan de la forte percée électorale du PTB en province de Liège

Très forte poussée du PTB en province de Liège

Le PTB a réalisé de très belles avancées électorales dans tout le pays, dont la province de Liège où il y fait des très gros scores. Le PTB obtient des élus dans toutes les communes où il s'est présenté. Il passe de 11 à 52 élus communaux et de 2 à 6 élus provinciaux. Voici une première analyse des résultats du parti de gauche et de leur signification.

Par Damien Robert

Il y a deux ans, le PTB a défini sa stratégie pour les élections communales en province de Liège : le parti de gauche a décidé d'élargir fortement son implantation locale, bien au-delà des communes de Liège, Seraing et Herstal. En plus de ses sections d'entreprise, des fondations pour construire des sections communales solides ont été posées à Verviers, Flémalle, Oupeye, Saint-Nicolas, Grâce-Hollogne, Visé et Huy ainsi qu'une section régionale en Ourthe-Amblève. Lors d'un congrès provincial, il a été décidé de ne présenter des listes que dans les communes où nous avions des sections solides pour éviter le feu de paille et une victoire électorale sans lendemain. Nous avons aussi décidé de nous présenter dans tous les districts provinciaux pour donner la possibilité à tous les habitants de la province de pouvoir voter pour le PTB lors de ces élections, même en l'absence d'une liste communale. C'est cette stratégie qui a été suivie et les résultats confirment la justesse de ces choix. Notre objectif électoral était triple. D'une part, placer nos premiers élus dans les communes de la grande agglomération liégeoise dans les communes de Oupeye, Flémalle, Grâce-Hollogne, St Nicolas et Visé. D'autre part, placer nos premiers élus dans les communes de Huy et de Verviers qui sont les chefs-lieux des deux autres de la province qui portent le même nom que ces villes. Et enfin, renforcer notre score électoral dans les communes de Liège, de Seraing et de Herstal.

Les résultats de ces élections sont très clairs : tous ces objectifs ont été atteints. Dans toutes les communes où nous n'avions pas d'élus, le PTB fait une progression impressionnante et s'installe de façon évidente, et très souvent impressionnante, dans tous les conseils communaux. À Oupeye, le PTB passe de 0 à 3 élus. A Flémalle, nous devenons le deuxième parti avec 18 % des voix et nous obtenons 5 élus. À Grâce-Hollogne, nous devenons aussi deuxième parti avec 5 élus et 20 % des voix. À Saint-Nicolas, c'est le même scénario avec 15 % des voix et 4 élus. À Visé, le PTB obtient ses deux premiers élus. Dans les villes d'arrondissement que sont Verviers et Huy, le PTB obtient aussi ses premiers mandataires. Il obtient 9 % et 3 élus à Verviers. À Huy, le PTB décroche son premier élu aussi ! Enfin, la poussée du parti de gauche dans les communes où il était déjà présent en force est remarquable. À Herstal, le PTB confirme de façon évidente qu'il est la deuxième force politique avec une très forte poussée pour atteindre 25 % et faire passer le nombre d'élus de 4 à 9. À Seraing, c'est le même scénario : le parti de gauche grimpe de 14 à 25 % des voix, s'impose très clairement comme deuxième force politique de la commune et passe de 5 à 11 élus. Enfin, à Liège, le PTB devient la troisième force politique avec 16 % des voix et passe de 2 à 9 élus !

Au niveau provincial, le PTB passe de 2 à 6 élus. Mais surtout, les scores du parti partout dans la province confirment la très nette poussée du parti : entre 2012 et 2018, le PTB passe de 29 000 voix à 81 000 voix soit de 4 à 13 %.

Cette progression s'inscrit aussi clairement dans une progression nationale, avec une poussée du PTB dans les grandes villes flamandes et l'obtention de nos premiers élus dans un grand nombre de communes importantes du Nord du pays, mais aussi avec la très forte croissance du PTB en région bruxelloise (2 à 36 élus) et dans les grandes villes de la province du Hainaut (le PTB devient par exemple le deuxième parti à Charleroi) et de Namur (où nous obtenons nos premiers élus).

Cette très forte progression du PTB aux élections communales a posé aussi les bases d'une poussée de la même ampleur pour les élections fédérales, régionales et européennes de mai 2018.

L'enjeu est maintenant de continuer à faire grandir nos sections communales, tout comme nos sections d'entreprise, afin que, sur le terrain, les centaines de milliers de personnes qui ont voté pour le PTB dans le pays et les presque 81 000 habitants de la province de Liège qui ont fait le choix d'une gauche authentique puissent avoir des outils pour participer mais aussi aider à développer les luttes qui se mènent contre les injustices imposées par le système libéral dans les entreprises et les quartiers. Nos sections et les groupes de base qui les constituent sont plus que jamais l'outil central pour donner du poids à nos idées et les faire vivre sur le terrain en organisant la lutte. Nos élus seront un relais pour ces luttes, notamment dans l'enceinte des conseils communaux et contribueront aussi activement à leur donner, sur le terrain, le plus d'ampleur possible. La province de Liège se réveille avec 58 élus qui ont la particularité unique d'être au service des gens et pas du profit. Elle se réveille aussi avec un PTB qui s'est renforcé sur le terrain. C'est un nouveau matin.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Laszlo Schonbrodt
    a publié cette page dans Actualités 2018-10-19 11:40:27 +0200

Prêt.e pour la grande vague du changement social ?